Nous valorisons et transmettons les connaissances, à la fois scientifiques et techniques, nécessaires à la gestion de la ressource en eau et des milieux aquatiques. C’est dans cette optique, que vient s’inscrire notre parcours de formation individualisée sur le thème de la reconquête de la qualité des eaux du Massif Armoricain (Bretagne élargie). L’eutrophisation de ces milieux aquatiques terrestres (plans d’eau, cours d’eau) tend à se généraliser sur ce territoire.

Notre expérience du terrain depuis 1997 (voir Etudes-Diagnostics sur les plans d’eau et rivières) ainsi que la variété de nos missions (voir schéma) nous confèrent à la fois un degré de perception renforcé des difficultés habituellement rencontrées par les gestionnaires et une vision intégrée de la problématique liée à la reconquête de la qualité de l’eau.

Nos locaux à Janzé (Ille et Vilaine)

Nos locaux à Janzé (Ille et Vilaine)

 

Quel niveau de formation ?

INITIATION

  • Sans pré-requis
  • Niveau Bac ou équivalent
  • Sensibilisation aux problématiques de BV

Ex. : Elus

AVERTI

  • Connaissances générales
  • Bac + 2/3 ou équivalent
  • Mises en oeuvre d’actions sur le BV

Ex. : Technicien de rivière

EXPERT

  • Connaissances spécialisées
  • Bac +5 ou équivalent
  • Coordination d’actions et mise en œuvre sur le BV

Ex. : Animateur de BV

Connaissances : Fonctionnement hydrologique et hydrochimique d’un BV

Méthodologie : Elaboration de protocoles d’études/suivis adaptés

Interprétations : Représentativité des données

Conditions générales de participation

Interfaces et Gradients est agréé au titre de formation continue (N° d’agrément : 53350923735). Une attestation de suivi de formation est délivrée à l’issue de chaque session.

Les tarifs de formation comprennent le repas du midi. Le repas du soir et l’hébergement, éventuels, ne sont pas pris en compte. Les tarifs indiqués s’entendent hors taxe et sont soumis à la TVA.

Les demandes d’inscription doivent être confirmées par écrit à l’aide du bulletin d’inscription accompagné du règlement. Une convention de formation sera adressée pour signature à l’entreprise (ou à la collectivité…) et au stagiaire. Au retour de la convention signée, le stagiaire recevra une convocation, un plan d’accès et une liste des hébergements proches du lieu de formation.

En cas de prise en charge du stagiaire par un organisme tiers payeur, il est de la responsabilité du stagiaire de s’assurer que l’ensemble des formalités administratives soient remplies entre cet organisme et Interfaces & Gradients. Si cela n’était pas le cas, Interfaces & Gradients serait en droit de demander le paiement intégral de la formation au responsable de l’inscription, solidairement à son égard.

Toute annulation devra être demandée par écrit à l’instigation du stagiaire au moins 15 jours avant le début de la session. En cas d’abandon du stagiaire en cours de stage, le montant total de la formation est dû. En cas d’annulation de l’inscription 2 semaines ou moins avant la date de début de session, Interfaces et Gradients retiendra sur le coût total des frais correspondant à 50 % du montant total. Télécharger le bulletin d’inscription

Questions pratiques

OÙ SOMMES-NOUS ?

Situé à Janzé, à 20 ‘ au Sud de Rennes en direction d’Angers. Parc d’activités de la Chauvelière (sortie Janzé Est), la Ferme – 35150 Janzé.

LE CENTRE DE FORMATION

Nous disposons d’une salle de cours équipée d’un vidéoprojecteur, d’une salle de repos (pause café…). Le parking se situe à l’entrée de la Ferme

 NIVEAU DE FORMATION

Niveau de formation adapté en fonction des participants: du niveau bac à bac +5 ; Formation proposée par petit groupe (de 3 à 8-10 personnes) Durée de la formation : 2 jours de conférences + 1 sortie terrain

 CALENDRIER

Nous proposons un créneau étalé sur une semaine (exemple semaine 17) et ensuite le choix des jours se fait en fonction de la disponibilité des apprenants et de leur niveau.

 

Qualité de l’eau – Etude des transferts de N et P

L’enrichissement en nutriments des eaux de surface est évidemment lié au contexte physique du bassin versant, et bien entendu aux activités humaines. La signature physico chimique observée dans l’eau peut facilement être expliquée par telle et telle autre activité présente sur le bassin versant. Après avoir appris à prendre du recul sur les analyses d’eau des suivis de routine, l’étape suivante est d’utiliser au mieux cette masse d’informations pour orienter les actions à mettre en place à l’échelle de votre bassin versant.

Télécharger la fiche du module 1

Qualité de l’eau – Exploitation de données

Les programmes de reconquête et/ou de surveillance de la qualité des eaux de surface nécessitent la mise en place d’indicateurs de performance. Le suivi physico-chimique est généralement le premier outil mis en place. Il apporte rapidement des réponses sur le niveau de perturbation des cours d’eau surveillés. Cependant les protocoles restent stéréotypés et ils ne sont pas toujours adaptés à tels ruisseaux ou telles autres rivières. Les moyens d’analyses sont les grilles de qualités, les valeurs moyennes et encore les percentiles.

Télécharger la fiche du module 2

Transferts des nitrates. Cas des eaux de subsurfaces bretonnes

L’évolution saisonnière des nitrates dans les rivières des bassins versants sur socle obéit en partie à des processus hydrologiques (module 1), mais aussi à des processus hydro-chimiques (ex: les processus de dénitrification). L’historique des apports agricoles conditionne aussi une part des cycles saisonniers. Les nappes peu profondes de ces bassins versants exportent les solutés (nitrates) vers la rivière, plus ou moins rapidement selon leur capacité de renouvellement. Ainsi la restauration de la qualité de l’eau nécessitera d’autant plus d’efforts dans le cas de formations souterraines peu perméables, comme les schistes briovériens.

Télécharger la fiche du module 3

Protection des captages d’eau souterraine: retour sur des exemples variés du Massif Armoricain

Les captages d’eau souterraine représentent en nombre 96% des 33 000 captages d’eau potable recensés en France et en volume 60% des prélèvements. La qualité de ces eaux souterraines tend à se dégrader sous l’action de pollutions diffuses: l’état des lieux réalisé en France pour la DCE indique que 57% des masses d’eau souterraine risquent de ne pas atteindre le bon état écologique/physico-chimique en 2015, en raison des paramètres déclassant que sont les nitrates et les pesticides. Notre présentation décrit tout d’abord la vulnérabilité de ces ressources, avant d’aborder les actions de prévention des risques de pollution et les outils réglementaires, tout particulièrement dans le massif armoricain.

Télécharger la fiche du module 4

Hydrogéologie du Massif Armoricain: relations nappe-rivière

La compartimentation en différents réservoirs des aquifères de socle implique des échanges d’eau entre eux, mais aussi avec les hydro-systèmes de surfaces: zones humides, rivières. Les échanges de matières (module 2), comme les NO3, s’expliquent en partie par le fonctionnement hydrologique du bassin versant. Après avoir posé les fondamentaux en hydrogéologie, les caractéristiques des écoulements de subsurfaces du massif armoricain sont présentées à travers des études de terrain. L’hétérogénéité de ces réservoirs souterrains leur confère un contexte hydrodynamique complexe, difficile à identifier, qui rend délicat la recherche de relation de causes à effets dans les programmes de reconquête de la qualité de l’eau.

Télécharger la fiche du module 5

Zones humides – Pourquoi les protéger ?

La dégradation de la qualité de l’eau et les modifications du régime hydrologique des cours d’eau (inondations, érosions, …) ont fait prendre conscience des conséquences de la suppression et de la dégradation des zones humides au cours des années passées. Les activités agricoles et l’implantation des zones urbaines sur les zones humides sont les principaux facteurs de la disparition de ces milieux.

Télécharger la fiche du module 6

Pluvial – Comment maîtriser sa gestion ?

La gestion des eaux pluviales est devenue au cours de la dernière décade une préoccupation majeure dans les aménagements urbains. La sécurisation des biens publics et privés est un enjeu local fort. La préservation de la ressource en eau est une problématique plus générale, qui demande un traitement de ces flux d’eaux pluviales qui ont lessivé des surfaces imperméabilisées. Ces eaux transportent donc des hydrocarbures et autres matières en suspension, qu’il convient de stopper en amont du cours d’eau.

Télécharger la fiche du module 7